Le blog de BONZELE BLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Du collodion, des visages et des seins... mais pas que.

Je sais, je sais, je délaisse le blog ces temps-ci.
Mais pour ma défense, il faut dire que la période est très (trop) active. Entre ma vie associative qui demande de l'énergie, ma vie personnelle qui demande du temps et ma vie professionnelle qui exige de la présence, il ne reste que peu de temps pour la photo et la musique. À cela si on ajoute le fait que je fais bien plus de musique que de photos (tu te souviens l'histoire de la retraite tout ça), tu peux tirer des conclusions assez juste.
Loin de moi l'envie de me la péter «J'ai une vie extraordinaire», ce qui n'est pas exactement le cas. Mais tout ça pour dire que les collodions que je te présente aujourd'hui ont été pris entre février et juin de cette année.

J'espère qu'ils te plairont et que peut-être auras-tu l'envie de les partager.



Cette photo a été prise lors d'une résidence organisé pendant les Improbables à Lathus/St Rémy. Nous avons avec Eukéné Eguren-Perucha, Léa Bonnaud, Céline Rungeard et pleins de petites mains, pris possession de deux maisons abandonnées pour y raconter l'histoire de Gabrielle.


Tu peux voir quelques photos de l'installation sur le site d' Eukéné.








Un peu de vrai, un peu de faux
Moi-même je ne sais pas vraiment
Je suis toujours à la limite
C'est moi le roi du boniment
Ne me juge pas trop vite, l'ami
En me traitant de charlatan
Moi je vends l'espoir en bouteille
Est-ce que tu peux en dire autant ?

La vie est sacrément injuste
Pourquoi les noirs ? Pourquoi les blancs ?
Les miséreux au bord des routes
Les bien nourris, les bien portants ?
Et si je n'ai pas le pouvoir
De changer tout cela vraiment
Moi je vends en bouteille l'espoir.
Est-ce que tu peux en dire autant ?

Faut du bagou, crois-moi, mon vieux
Pour pouvoir convaincre les gens
Que mes sirops, mes élixirs
Leur en donneront pour leur argent
Je connais des recettes indiennes
Et quelques unes de Grand-Maman
Moi je vends l'espoir en bouteille
Est-ce que tu peux en dire autant ?

Cheveux qui tombent, fièvre soudaine
Mal de dos ou rage de dents
Fatigue, douleurs neuves ou anciennes
Faites confiance à mes onguents
Pour guérir faut surtout y croire
Se battre et regarder devant
Moi je vends l'espoir en bouteille
Est-ce que tu peux en dire autant ?
Céline Rungeard

454 lectures

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.bonzeland.fr/?trackback/198

Fil des commentaires de ce billet